Lost Rivers / Rivères perdues

Lost Rivers by Catbird Productions

Scroll this

L’édition week-end du journal Le Devoir (6-7 octobre 2012) soulignait la parution du documentaire Lost Rivers/Rivières perdues, de Katarina Soukup, dans un article intitulé « Retour aux sources des villes ». Ce film retrace le parcours (géographique et historique!) de six rivières disparues sous cinq villes à travers le monde : Montréal, Toronto, New York, Londres, Séoul.

Un sujet chaud actuellement que celui de la présence de dizaines de rivières et même de lacs recouverts par le béton et drainés à travers un réseau complexe de canalisations, souvent vieillissante et désuète, qui cause de nombreux soucis urbanistiques et de sécurité publique. Les débordements et inondations sont devenus un problème qui se pose de façon pressante. Mais il y a aussi les aspirations des populations, qui ne rechignent pas l’idée d’un petit cours d’eau qui pourrait agrémenter la vie de quartier. Enfin, c’est toute notre façon d’avoir investi les espaces aquatiques à travers la construction des villes qui est ici remise en perspective. Mais aussi comment seront à l’avenir résolus les problèmes générés par les infrastructures qui ont été mises en place. Si on a recouvert les cours d’eau pour se prémunir, bien souvent, des maladies qui y proliféraient, ce n’est pas sans avoir causé un autre problème qu’il faut aujourd’hui résoudre. Un film à voir certainement!

Lost Rivers – OFFICIAL TRAILER from Catbird Productions on Vimeo.

The following two tabs change content below.

Maude Flamand-Hubert

Je suis actuellement stagiaire postdoctorale à l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) et au Centre interuniversitaire d’études québécoises (CIEQ). Mon projet de recherche porte sur les forêts privées et sur la relation entre les modes de tenure et les couverts forestiers. J'ai soutenu en 2017 ma thèse de doctorat, intitulée "La forêt québécoise dans la première moitié du XXe siècle : représentations politiques et littéraires" (cotutelle en développement régional à l'Université du Québec à Rimouski (UQAR) et en histoire à Sorbonne Paris-IV).

Leave a Reply