Marc-Aurèle Fortin. Paysages modernes du Québec traditionnel

Scroll this

Une occasion de réfléchir sur nos différents rapports à l’environnement, et comment ceux-ci participent à redéfinir la société.

” Le Centre d’exposition de l’Université de Montréal accueille, du 13 septembre au 9 décembre 2012, l’exposition Marc-Aurèle Fortin. Paysages modernes du Québec traditionnel. Il s’agit du seul arrêt sur le territoire montréalais de cette exposition itinérante organisée par le Musée national des beaux-arts du Québec.

En parallèle à cette exposition, les visiteurs auront l’occasion de découvrir une section exclusive présentant des œuvres de Fortin provenant de la Collection d’œuvres d’art de l’UdeM.

Marc-Aurèle Fortin (1888-1970) commence sa carrière de peintre en 1910 et se consacre principalement à la représentation des paysages du Québec traditionnel. L’interprétation personnelle de ses sujets l’emportant sur la représentation illusionniste de la réalité, il est considéré par plusieurs comme ayant contribué à l’avènement de la modernité au Québec.

L’exposition Marc-Aurèle Fortin. Paysages modernes du Québec traditionnel comprend une trentaine de scènes rurales et de marines regroupées, d’une part, selon leur sujet et, d’autre part, selon leur technique picturale, dans le but de révéler comment la pratique du peintre peut être associée à la tradition par ses choix thématiques, mais aussi, paradoxalement, à l’expression d’une certaine modernité par ses choix formels : utilisation inusitée et audacieuse des couleurs, schématisation des formes, non-respect des règles de la perspective et effets décoratifs, notamment.”

Source: http://www.expo.umontreal.ca/expositions/en_cours.htm

The following two tabs change content below.

Maude Flamand-Hubert

Je suis actuellement stagiaire postdoctorale à l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) et au Centre interuniversitaire d’études québécoises (CIEQ). Mon projet de recherche porte sur les forêts privées et sur la relation entre les modes de tenure et les couverts forestiers. J'ai soutenu en 2017 ma thèse de doctorat, intitulée "La forêt québécoise dans la première moitié du XXe siècle : représentations politiques et littéraires" (cotutelle en développement régional à l'Université du Québec à Rimouski (UQAR) et en histoire à Sorbonne Paris-IV).

Leave a Reply