C’est le temps des récoltes!

Maude Flamand-Hubert

Maude Flamand-Hubert

La transition entre les saisons occupe une place de choix dans la culture québécoise.

Chacune d’entre elles apporte son lot d’agréments et de désagréments. Des façons bien particulières de vivre en relation avec ce cycle annuel se sont développées au fil du temps, le plus souvent pour faire face à la nécessité. Pour la rentrée du blog Qu’est-ce qui se passe et en guise d’introduction pour l’année qui s’en vient, je vous invite à explorer cette thématique qui offre des possibilités quasi illimitées de questionner notre rapport social à l’environnement, autant dans ses aspects physiques que culturels.

Si l’adaptation aux caprices des saisons a souvent été dictée par la nécessité, elle a bien souvent fait place, au fil du temps, au plaisir et au loisir… Pour commencer, et souligner la transition de l’été à l’automne, mes prochaines contributions s’attarderont aux récoltes. Comme le disait Jean Provencher dans ses célèbres Quatre saisons dans la vallée du Saint-Laurent, « Quand l’automne arrive, l’heure est toujours aux récoltes ». Encore aujourd’hui, de nombreuses familles profitent d’un beau dimanche d’automne pour aller aux pommes, et pourquoi pas pour aller chercher sa citrouille d’Halloween au champ. La mise en conserve a encore la cote : confitures et marinades sont confectionnées avec soin pour les plaisirs de la table qui suivront durant le reste de l’année. L’habitude développée avec les cultures traditionnelles ont ouvert la voie à de nouvelles pratiques. On cultive maintenant la vigne et on fait la tournée des vignobles. Certaines cultures plus difficiles et mises de côté face aux forces du marché pendant plusieurs années refont surface. On redécouvre en certains lieux un nouvel engouement pour la prune ou la poire du Québec. À travers ces traditions qui persistent et se transforment, on retrouve autant de façon de se sentir un peu plus près de la nature et de profiter de l’abondance qu’elle peut offrir. Mais ces activités demeurent aussi une manière pragmatique de s’adapter aux changements de température, de prendre contact avec ce climat québécois que l’on dit souvent capricieux. Des rapports ludiques et de nécessité qui font bon ménage!

Quelques chroniques vous seront donc proposées autour de cette thématique. Une pratique, une activité ou un événement a lieu dans votre région? Vous souhaitez commenter ou prendre part à la discussion? Vos contributions sont les bienvenues!

Print Friendly
The following two tabs change content below.
I am a Senior Researcher at the University of Chester. My forthcoming book, A Town Called Asbestos: Environmental Change, Health, and Resilience in a Resource Community will be released by the University of British Columbia Press on 1 January 2016. My research interests are in transnational environmental health and contamination, and I always seek to blend historical research with public engagement.

Latest posts by Jessica van Horssen (see all)

Leave a Reply