L’Ecomuseum Zoo : l’histoire de l’environnement dans l’action?

frog

Est-ce qu’il y a une différence entre un zoo et un « ecomuseum »? Sont des zoos des musées aussi? L’Ecomuseum Zoo a plus de 115 espèces d’animaux, des amphibies, et des oiseaux, situées sur la pointe Ouest-de-l’Île de Montréal. Il est dirigé par le groupe à but non lucratif, la Société d’histoire naturelle de la vallée du Saint-Laurent depuis 1988. D’après la Société, l’Ecomuseum est plus qu’un zoo, parce qu’il a une mission : « Promouvoir l’appréciation et la connaissance des caractères physiques et biologiques de la vallée du Saint-Laurent ainsi que l’intendance responsable de ses milieux naturels, par l’éducation, la recherche et la conservation. »

Est cette mission si différente des autres zoos? L’importance de l’éducation, la recherche, et la conservation est similaire à beaucoup des zoos, mais l’Ecomuseum a une autre mission : la préservation de l’environnement naturel et de tous des espèces de la vallée du Saint-Laurent. Dans cette mission, l’Ecomuseum sort de l’ordinaire.

Mais avec l’Ecomuseum, comme la plupart des zoos et des étendues sauvages, les apparences sont souvent trompeuses. Situé sur un terrain de 11,3 hectares de l’Université McGill, le site de l’Ecomuseum était une décharge pour des équipes de la construction qui ont travaillé sur l’autoroute 40 durant les années 1960. Depuis 1981, La Société d’histoire naturelle de la vallée du Saint-Laurent a été rétablir le terrain à sa « beauté originale » dans l’enceinte de l’Ecomuseum avec des projets de conservation, d’une réserve naturelle, et des programmes de la préservation de la tortue géographique du lac des Deux-Montagnes; de la tortue-molle à épines de la rivière des Outaouais, la rivière Richelieu, le fleuve Saint-Laurent et le lac Champlain; et de la rainette faux-grillon de l’Ouest.

Comme beaucoup du terrain est industrialisé, est l’Ecomuseum la future de l’environnement? Est nous en train de voir l’histoire de l’environnement dans l’action? Quand la faune et la flore sont contenues dans un zoo ou un musée pour leurs sécurités et leurs préservations, où est la « beauté originale »?

 

 

 

Print Friendly
The following two tabs change content below.
I am a Senior Researcher at the University of Chester. My forthcoming book, A Town Called Asbestos: Environmental Change, Health, and Resilience in a Resource Community will be released by the University of British Columbia Press on 1 January 2016. My research interests are in transnational environmental health and contamination, and I always seek to blend historical research with public engagement.

Latest posts by Jessica van Horssen (see all)

Leave a Reply