De nouvelles réalités d’un monde empoisonné?

La Vie en Rose

La Vie en Rose

Dans un centre d’achat à Montréal récemment j’étais choquée, j’étais impressionnée, et j’étais attristée par une enseigne à l’extérieur du magasin La Vie en Rose pour des soutiens-gorges de post-mastectomie. J’étais choquée qu’une chaîne de magasins réponde au besoin des femmes pour un produit de spécialité comme cela (et par le mot « post-mastectomie » à côté d’un magasin Canadian Tire…), j’étais impressionnée par l’initiative de La Vie en Rose de mettre des soutiens-gorges de post-mastectomie à la disposition du public, et j’étais attristée parce que j’aurais su mieux.

Comme une historienne de l’environnement et la santé, je sais que des cancers environnementaux sont en hausse, et depuis une publication dans une revue médicale britannique dans les années 1960 nous savons que les femmes gardent des toxines dans leurs organes reproducteurs comme des seins et des ovaires tandis que des hommes les gardent dans leurs organes majeurs. Une nouvelle réalité commence.

Accompagnée de leurs soutiens-gorges de post-mastectomie, qui sont environ le même prix comme d’autres soutiens-gorges, La Vie en Rose nous fournit avec des détails des mesures pour les femmes qui ont subi un seul ou une double mastectomie. En plus, le magasin met l’accent sur le « contour naturel grâce aux poches de microbilles, » des couleurs ultra féminine, et le confort et confiance ces soutiens-gorges apportent à des femmes, si important pour le rétablissement d’un sentiment de la féminité post-chirurgie.

La Vie en Rose est une compagnie canadienne, dont le siège social se trouve à Montréal, et elle « s’efforce de redonner à la communauté par l’entremise de la Fondation les Roses de l’Espoir. L’organisme soutient le traitement et la recherche entourant le cancer du sein… et… Depuis 2002, la Fondation a remis plus de 400 000 $ à la Fondation canadienne du cancer du sein et à plusieurs autres œuvres charitables. » Les soutiens-gorges de post-mastectomie de La Vie en Rose, comme ces autres découvertes à des magasins de spécialité, sont admissibles à un remboursement par les assurances provinciales au Québec et en Nouvelle-Écosse.

Je sais que c’est bonnes nouvelles, mais encore, comme une historienne de l’environnement et la santé, je veux des rapports entre les soutiens-gorges de post-mastectomie sur le marché grand public et le livre Printemps silencieux de Rachel Carson. Pendant que le livre traitait des effets négatifs des pesticides, le DDT ou Dichlorodiphényltrichloroéthane en particulier, le vrai génie de Carson, qui mourait à cause des complications avec le cancer du sein en 1964, était sa théorie sur le « biocide » au lieu de l’insecticide, parce qu’elle liait la santé de l’environnement à la santé des personnes.

Le DDT est interdisait, oui, mais sommes-nous libre des toxines environnementales? À part de la pollution générale de l’eau et de l’air, qu’est-ce que c’est des ingrédients dans votre shampooing? Dans votre pizza congelée? Dans votre pilule contraceptive? Il y a de plus en plus des toxines dans l’environnement. Est-ce que nous débrouillerons leurs effets, notre propre printemps silencieux, avec des produits comme des soutiens-gorges de post-mastectomie, ou est-ce que nous prendrons des mesures?

Print Friendly
The following two tabs change content below.
I am a Senior Researcher at the University of Chester. My forthcoming book, A Town Called Asbestos: Environmental Change, Health, and Resilience in a Resource Community will be released by the University of British Columbia Press on 1 January 2016. My research interests are in transnational environmental health and contamination, and I always seek to blend historical research with public engagement.

Latest posts by Jessica van Horssen (see all)

Leave a Reply