Outils et ressources numériques sur le web

Image : Dew Web by photophilde / ©

Scroll this

Comme première chronique de 2015, je vous propose un petit tour d’horizon de sites web francophones – avec quelques écarts! – offrant des outils et ressources numériques qui peuvent être utiles aux chercheurs et étudiants en histoire environnementale. Mon premier objectif était de donner suite à ma chronique de novembre 2014 portant sur les ressources cartographiques et les données en libre accès du gouvernement du Québec. Cependant, le résultat de mes recherches a plutôt mené à un pot-pourri de références disponibles en ligne. Les liens présentés ici seront ajoutés sur la page http://niche-canada.org/digital-tools/, s’ils ne s’y trouvaient pas déjà.

Les cartothèques universitaires

J’ai d’abord poursuivi le portrait en visitant les bibliothèques et cartothèques des universités québécoises afin de voir où elles en sont rendues dans le domaine de la cartographie et de l’accès aux données géospatiales. Dans la majorité des cas, les services offerts restent dans le domaine du traditionnel. Les collections d’atlas, de cartes ou de photographies aériennes sont en consultation sur place. Quant aux données géospatiales, elles sont sous licences et réservées à la communauté universitaire aux fins de recherche et d’enseignement. Dans la majorité des cas également, les recherches par thèmes réfèrent aux données en libre accès des gouvernements québécois et canadiens. Cependant, chaque site internet organise différemment ses ressources et ses index, ou oriente le lecteur vers des liens différents. Un coup d’œil peut valoir la peine lorsque l’on recherche des informations cartographiques, d’autant plus que le contenu des collections peut varier selon les programmes d’études dispensés dans les universités ou les domaines de spécialisation, sur une aire géographique ou sur une problématique particulière. Les cartothèques universitaires québécoises les mieux garnies sont celles de l’Université McGill ainsi que son GIC Centre, de l’Université de Montréal, de l’UQAM, de l’Université de Sherbrooke et de l’UQTR. Dans le lot, le Centre GéoStat de l’Université Laval se démarque, donnant accès à la plateforme de diffusion de données géospatiales Géoindex+, qui permet la consultation et l’extraction des données géospatiales. Mais plusieurs fonctions, comme la visualisation des couches ou l’extraction, sont réservées à la communauté universitaire. Le catalogue Géophoto+ est pour sa part un index numérique interactif qui donne accès à l’ensemble des collections de photographies aériennes du Centre GéoStat et d’établissements partenaires – pour le moment limités à l’Université de Sherbrooke. La consultation des photos se fait ensuite sur place. Une initiative qui mérite l’attention est le nouveau portail Géocatalogue mis en ligne récemment par l’UQAR. Le moteur de recherche facilite l’accès aux données géospatiales de l’UQAR, mais aussi à l’information géographique provenant de différentes sources. On peut y consulter des données concernant, pour le moment, principalement l’Est- du-Québec. Les possibilités de téléchargement varient selon les fournisseurs de données, et si l’on est, ou non, membre de la communauté universitaire.

Espace CIEQ

Le site internet du CIEQ (Centre interuniversitaire d’études québécoises) est certainement un de ceux à suivre et plus particulièrement l’Espace CIEQ, où l’on retrouve plusieurs liens vers des bases de données. Il est à noter que le site est un chantier en continuelle évolution et que son contenu est augmenté périodiquement. On y retrouve entre autres la Base de données intégrée en histoire environnementale du Canada. Les autres bases de données disponibles pour le moment couvrent surtout, sur plan spatial, le Centre-du-Québec, La Mauricie et la ville de Québec, mais quelques-unes sont également à l’échelle québécoise. Plusieurs d’entre elles offrent des données démographiques ou reliées au thème de la santé et de la médecine. Le site GEORIA se distingue, en offrant des bases de données géoréférencées sur l’environnement, la santé et la population. À noter que le site doit subir une refonte majeure au cours des prochains mois, mais on peut facilement contacter les responsables pour de l’information ou l’accès aux données.

Les cartes anciennes

La recherche m’a conduite vers quelques sites ou initiatives de mise en valeur des cartes anciennes. Dans sa section cartographie, l’Université Laval a créé un lien vers une version interactive de la carte de Mercator http://mercator.bibl.ulaval.ca/index.php?q=mercator_recto_view, un complément au livre L’apparition du nord selon Gérard Mercator, paru en 2013[1]. Plusieurs collections de cartes anciennes du Québec, du Canada et de l’Amérique du Nord – dans certains cas des Amériques ou du monde – sont maintenant numérisées et disponibles en ligne. Trois collections méritent un coup d’œil : la Collection W. H. Pugsley de Cartes Anciennes du Canada, dont on peut visualiser en format .jpg les cinquante cartes qui relatent l’histoire de la découverte et de l’exploration de l’Amérique du Nord; la David Rumsey Map Collection; et finalement le Historic Map Works Residential Genealogy. Ce dernier propose une belle collection de cartes et d’images que l’on peut visualiser gratuitement, mais dont le téléchargement est payant.

Le numérique pour les historiens

Je terminerai avec quelques références vers des ressources portant sur l’utilisation d’outils de numériques. La boîte à outils des historiens est un blogue qui propose des conseils, des commentaires, des tutoriels, sur l’utilisation du numérique par les historiens. On y retrouve entre autres plusieurs suggestions pour la gestion et l’organisation de la documentation. Le site contient également une section dédiée à la cartographie. On y présente notamment le logiciel gratuit Philcarto, mais il semble qu’aucun fond de carte ne soit disponible à ce jour pour le Canada – avis à ceux qui seraient intéressés à contribuer… On peut aussi consulter le site Cartographie pour historiens, un site rattaché au PIREH (le Pôle information de Recherche et d’Enseignement en Histoire). Pour ceux qui seraient intéressés, une formation spécialement orientée sur la spatialisation des données historiques est dispensée par de l’université Paris-1 Panthéon-Sorbonne.

 

Je n’ai pas expérimenté en profondeur toutes les avenues des sites internet et les possibilités des outils et ressources présentés. Si vous avez des précisions ou des commentaires à apporter sur chacun d’eux, ou si vous connaissez d’autres sites internet pertinents, n’hésitez pas à les intégrer dans la zone de commentaires ou à me contacter afin de réaliser un billet à leur sujet. En espérant que ces références vous seront utiles!

Je vous souhaite à tous une année 2015 fructueuse en recherche!

 

 

 

[1] HAMELIN, Louis-Edmond, Stéfano BIONDO et Joë BOUCHARD, ​L’Apparition du Nord selon Gérard Mercator, Québec, Septentrion, 2013, 192 p.

The following two tabs change content below.

Maude Flamand-Hubert

Je suis actuellement stagiaire postdoctorale à l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) et au Centre interuniversitaire d’études québécoises (CIEQ). Mon projet de recherche porte sur les forêts privées et sur la relation entre les modes de tenure et les couverts forestiers. J'ai soutenu en 2017 ma thèse de doctorat, intitulée "La forêt québécoise dans la première moitié du XXe siècle : représentations politiques et littéraires" (cotutelle en développement régional à l'Université du Québec à Rimouski (UQAR) et en histoire à Sorbonne Paris-IV).

Leave a Reply