La protection écologique privée et la marchandisation des paysages

OlivierJe suis actuellement étudiant au programme de doctorat en aménagement de l’Université de Montréal (UdeM). Rattachées à l’École d’architecture de paysage de l’UdeM, mes études actuelles se situent dans le champ des landscape studies de la géographie humaine et de l’écologie politique. Tout mon parcours académique témoigne d’ailleurs de cet attachement aux analyses sociales de l’environnement.

Après un diplôme d’études collégiales en Aménagement forestier au CÉGEP de Rimouski, j’entreprends des études dans le programme Science, technologie et société de l’Université du Québec à Montréal. Programme multidisciplinaire en sociologie des sciences, ce programme me donne de solides bases théoriques pour l’analyse sociale des objets environnementaux. Suivant ce baccalauréat, je complète une maîtrise en Études québécoises sous la direction du professeur Stéphane Castonguay, titulaire de la Chaire du Canada en histoire environnementale du Québec à l’Université du Québec à Trois-Rivières. Mon sujet d’étude est alors l’histoire environnementale de la création du parc national de la Mauricie dans les années 1970, avec un accent particulier sur la place et les usages de l’écologie scientifique dans la promotion des paysages de la Mauricie. Dans le cadre de ces études, je me perfectionne dans les approches ethnométhodologiques lors d’un stage d’un an à l’Université Jean Monnet de Saint-Étienne, en France, sous la direction du professeur Florian Charvolin. Je dépose finalement mon mémoire de maîtrise en 2007 et pour lequel j’obtiens une mention d’excellence. Les résultats de mon mémoire sont aussi salués lors du XVe Colloque de l’Association pour l’histoire de la science et de la technologie au Canada, où j’obtiens le Prix de la Société Royale du Canada – meilleure communication étudiante pour ma présentation « Des beautés naturelles au Précambrien : l’objectivation scientifique de la nature au parc national de la Mauricie, 1969-1979 ».

Voulant quitter un peu les archives, je fais maintenant porter mes études doctorales sur un sujet d’actualité peu connu, à savoir, le mouvement de conservation écologique volontaire au Québec. À travers une analyse de la genèse de ce mouvement dans le sud du Québec lors des années 1980, mes recherches visent à mieux comprendre les articulations des visions du rural dans les projets de conservations privés et de voir comment ces derniers viennent aiguiller les trajectoires territoriales en matière de multifonctionnalité agroforestière. Financées par le CRSH (volet Armand-Bombardier), mes recherches mobilisent un corpus d’archives ministérielles, d’histoires orales récentes et de documents cartographiques divers. Ma communication au Congrès de l’IHAF présente certains des résultats préliminaires de ma recherche, notamment ceux sur les transformations socioculturelles du mouvement d’intendance écologique dans le temps.

Finalement, j’ai aussi été chargé de cours à l’UQAM à l’hiver 2013, où j’ai donné le séminaire « Problématiques de développement rural et régional » de la maîtrise en Géographie de (UQAM). J’enseigne présentement à l’UdeM dans le séminaire « Pratiques des disciplines de l’aménagement » de la maîtrise en Aménagement.

Print Friendly
The following two tabs change content below.

Olivier Craig-Dupont

Latest posts by Olivier Craig-Dupont (see all)

Leave a Reply