Vulnérabilités environnementales : perspectives historiques / Appel à soumission de textes

Inondation, gare Bonaventure, Montréal, QC, 1886, George Charles Arless, Musée McCord

Scroll this

Appel à soumission de textes:

Vulnérabilités environnementales : perspectives historiques

[VertigO] – la revue électronique en sciences de l’environnement

 

[VertigO] lance un appel à soumission de textes qui propose, dans un numéro consacré à l’histoire environnementale, de réunir des contributions donnant à la notion de vulnérabilité une épaisseur historique qui lui fait trop souvent défaut. Il peut bien sûr sembler problématique d’envisager la « vulnérabilité avant la vulnérabilité », c’est-à-dire de discuter de cette notion pour des situations environnementales qui précèdent l’élaboration de ce concept. Mais si le mot peut manquer, les situations qui lui correspondent, les tentatives de réponses et les réflexions n’en ont pas moins existé depuis longtemps. À l’histoire, dès lors, de proposer des analyses fines de situations particulières permettant de mieux cerner cette notion et ses enjeux. C’est pourquoi toutes les périodes historiques seront ici considérées.

L’explication des vulnérabilités réside dans une combinaison de facteurs liés aux conditions naturelles, aux aménagements et au contexte social. Les sciences naturelles s’intéressent depuis des années à comprendre les changements environnementaux et leurs effets sur les écosystèmes, mais depuis plusieurs années, les chercheurs tentent d’analyser l’effet de ceux-ci sur les sociétés : le regard des sciences humaines est dès lors indispensable pour mieux les comprendre. Si la géographie et la sociologie, par exemple, se sont emparées de cette notion, l’histoire beaucoup moins, c’est pourquoi le comité de rédacteurs associés à ce dossier de [VertigO] propose de s’attarder à la perspective historique  des vulnérabilités environnementales.

Pour soumettre une proposition (résumé de 500 mots, maximum) – date limite 15 octobre 2015 : http://vertigo.revues.org/16158

The following two tabs change content below.

Maude Flamand-Hubert

Je suis actuellement stagiaire postdoctorale à l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) et au Centre interuniversitaire d’études québécoises (CIEQ). Mon projet de recherche porte sur les forêts privées et sur la relation entre les modes de tenure et les couverts forestiers. J'ai soutenu en 2017 ma thèse de doctorat, intitulée "La forêt québécoise dans la première moitié du XXe siècle : représentations politiques et littéraires" (cotutelle en développement régional à l'Université du Québec à Rimouski (UQAR) et en histoire à Sorbonne Paris-IV).

Leave a Reply